Back to top

QWeek

Souscrire à flux QWeek QWeek
Nous, c'est l'actu gay !
Mis à jour : il y a 7 heures 8 min

Paris : la rue des rosiers, un coin au charme rare

sam. 18 sep. 2021, 8 h 47
En plein coeur du Marais, la rue des rosiers offre un véritable espace de confort et de curiosité. De l’incontournable restaurant Chez Hanna au cabaret transformiste, Le Diva’s Kabaret, le coin est définitivement le lieu de rendez-vous par excellence pour les natifs de Paris, mais aussi les touristes. Alors, qu’est-ce qui fait sa spécificité, son unicité ? On vous explique tout.  Un endroit chargé d’histoire !

Créée en plein moyen-âge, la rue des Rosiers, où se trouve le Diva’s Kabaret, fut ouverte au XIIIe siècle et longeait les remparts de Paris inaugurés par Philippe Auguste. Elle tient son nom des Rosiers qui poussaient contre les murs. Par sa jonction avec la rue Vieille du Temple, qui permettait l’accès aux jardins et à la clôture du Temple, elle est largement liée à l’ordre des Templiers. 

Découvrez aussi : Le Keller : les soirées de Jimmy P font leur grand retour

Autrement appelée rue des Juifs, elle est fortement associée à la communauté juive. Sa dénomination vient d’ailleurs de la présence de nombreux rosiers dans les divers espaces naturels. Dès le XIIIe siècle, on y trouvait une synagogue construite grâce à la juridiction particulière des Templiers. Cette même population a amené les premiers juifs dans les lieux et lui a rapidement attribué un terme en yiddish : Pletzl, que l’on peut traduire par Marais. 

Le coin va se développer par la suite et assez vite devenir célèbre pour ses fameuses boucheries casher. Mais en 1394, le bannissement rend invisible la présence juive dans ce quartier. Du moins, jusqu’à la Révolution post seconde guerre mondiale… 

Une rue piétonne et pavée à l’ambiance de village

La rue des Rosiers a toujours connu beaucoup d’animations. Elle est due à une effervescence et un dynamisme jamais démenti. Pourtant, un tournant majeur a lieu en 2006. Après de nombreux grincements de dents des riverains et des commerçants pendant les travaux, qui ont duré des mois, lui ont permis de devenir entièrement piétonne. 

Retrouvez également : Sortir dans le Paris gay : Où aller pour bien s’occuper ?

C’est alors que son ambiance colorée et unique va vraiment sauter aux yeux. Il suffit de déambuler à toute heure de cette rue de 300 mètres pour ressentir une atmosphère très différente des autres quartiers de Paris. En particulier le soir ou le weekend, on se sent presque transporté en plein centre-ville d’un village d’Israël ! 

Un charme unique avec ses boutiques et restaurants

Pour faire du shopping ainsi que pour déjeuner ou dîner, la rue des Rosiers a bien des atouts. Côté achats, il y en a pour tous les goûts : prêt-à-porter, boulangeries, pâtisseries, traiteurs… Et pour se restaurer, le choix est carrément pléthorique. Certes, vous ne trouverez pas ici de fast-food du type Burger King. Les “as” des falafels se succèdent d’une zone à l’autre, mais de nombreuses options sont aussi disponibles, comme des crêpes artisanales avec la “crêperie des rosiers”… 

En son sein, le Beef, le petit nouveau du coin, sert des viandes d’exception, et le chef Daniel Renaudie cuisine des pièces arrivées à maturation après un repos d’au moins 30 jours dans une cave dédiée. À l’intérieur ou en terrasse, vous succomberez devant les spécialités persillées telles que les bavettes, les entrecôtes ou les tomahawks. Osez donc l’expérience d’un Steakhouse de qualité supérieure ! 

Pensez à contempler : Qweek : Découvrez le sommaire du magazine de Septembre

Enfin, on y trouve l’incroyable Diva’s Kabaret, dont la logistique a longtemps été un lieu de rencontre pour les templiers et la communauté, accueille aujourd’hui des artistes transformistes et drag. Parmi les têtes d’affiche, on y peut faire la connaissance de la divine LaDiva Live, mais aussi Sweety Bonbon, Lara FullCamp, Martine Superstar et La Big Bertha. Que du bon, en somme ! Alors, venez assister au spectacle ! 

Plus d’infos :

Retrouvez également Paris gay village dans le nouveau numéro de Qweek disponible en ligne sur Calaméo, et dans les établissements partenaires à Paris.

Cet article Paris : la rue des rosiers, un coin au charme rare est apparu en premier sur QWEEK Le mag gay.

Paris : une nouvelle expo interroge sur la liberté d’être soi

sam. 18 sep. 2021, 8 h 39
Du 31 août au 29 septembre, l’artiste Marie Christine Palombit présentera son travail dans l’exposition Corps à corps au sein du Centre LGBTQ+ de Paris-IDF. Pour ce projet, elle a voulu mettre l’accent sur la rencontre sensuelle des corps au masculin comme au féminin, sublimée par la peinture et le dessin.

Dans sa nouvelle exposition, à Paris, Marie Christine Palombit met l’accent sur la rencontre sensuelle des corps au masculin comme au féminin, sublimée par la peinture et le dessin. Depuis toujours, l’humain est au centre de son œuvre plastique et passe par la représentation de son corps dans tous ces états. 

Découvrez aussi : Paris gay village fait vivre le tourisme LGBT dans la capitale

Ainsi, l’artiste voit le corps nu et sa posture comme révélatrice de ce que l’on est, sans fard. Aujourd’hui, cette représentation devient un acte de résistance profonde dans le contexte actuel, qu’il soit politique, religieux, et culturel. L’exposition Corps à corps va alors présenter une collection de dessins et de peintures de l’artiste qui vont nous présenter une autre vision du lien de l’homme avec son corps, mais aussi, avec le corps d’autrui. 

Quelques mots sur l’artiste

Depuis 1991, le travail de Marie Christine Palombit a fait l’objet de nombreuses expositions, à Paris et en France, en Belgique, à New York et à Shanghaï. 

La question qui nous chiffonne : Comment représentez-vous la féminité dans votre art ?

« Je ne suis pas sûre que j’exprime la féminité. J’exprime la femme sauvage, une femme extrêmement complexe et complète, qui sort des sentiers battus de la société dite civilisée, tout en y étant incluse malgré tout. L’énergie de cette femme va expérimenter des choses dans la matière avant tout et chercher à se réaliser en respectant les lois de la nature ».

Plus d’infos :

Retrouvez également l’expo du centre LGBTQI+ Paris/IDF dans le nouveau numéro de Qweek disponible en ligne sur Calaméo, et dans les établissements partenaires à Paris.

Cet article Paris : une nouvelle expo interroge sur la liberté d’être soi est apparu en premier sur QWEEK Le mag gay.